Sassou Nguesso menace d’expropriation les matsouanistes-corbeaux de Mpissa
By webmaster1 On 24 Jun, 2013 At 10:07 PM | Categorized As divertissement | With 0 Comments

 IMG_0455IMG_0463

Trop, c’est trop ! Sassou-Nguesso menace d’expropriation Mpissa, le haut lieu sacré du matsouanisme-corbeau au Congo-Brazzaville.

Après avoir fait exécuter sommairement les matsouanistes-corbeaux mâles présents à MPISSA, lors de sa guerre de reconquête du pouvoir, Sassou-Nguesso veut maintenant exproprier leur terrain. De l’amour ou de la haine que ce monsieur a pour le Pool, nous ne savons rien ; mais, nous savons seulement une chose, ce qui est sacré pour le peuple Mbochi (le KANI), ne l’est pas forcément de la même manière pour les Bakongo, les Batéké ou pour les Pygmée. Voila pourquoi, il ne doit pas y avoir une guerre du sacré entre Congolais.

Toutefois, le bon vouloir de Sassou Nguesso a mis en place un décret-loi pour exproprier des parcelles à Bacongo ; décret-loi qui menace aujourd’hui Mpissa, le haut lieu sacré du matsouaniste-corbeaux, pour des raisons fallacieuses de construction de routes de la corniche.

Pourtant, la vie en société implique non seulement des lois, mais aussi de la reconnaissance, de la tolérance et du savoir-vivre qui ne participent pas de la loi, parce que dépendant d’un ensemble des règles non écrites lesquelles constituent le KIMUNTU, le KIBOMOTO : des usages, des coutumes, et parfois des normes qui vivifient le vivre ensemble.

Mais, nombreux sont ceux qui profitent des richesses de notre pays aujourd’hui sans apprendre et comprendre l’héritage des matsouanistes-corbeaux au Congo. Exproprier Mpissa n’est-il pas oublié qui sont ces gens, leurs luttes, leurs passés ? Est-ce acceptable, peut-on sans sourciller accepter de tels comportements ? Non bien sur !
BISHIKANDA DIA POOL va tirer le signal d’alarme dans les quelques lignes qui suivent, afin que cette information soit amplifiée sur le plan national et international.

IMG_0449IMG_0453

Qu’est-ce que  le havre de paix de Mpissa ?

 En effet, le havre de paix nommé Mpissa est le haut lieu sacré du matsouanisme-corbeau, le mouvement spirituel religieux fondé par Taata Nzoungou Fidèle pendant la période coloniale et développé par Taata Nkounkou Laurent au Congo Brazzaville. Ce groupe religieux est apolitique et non violent. Il prône la fraternité et l’Amour entre les êtres humains sans discrimination aucune. Le matsouanisme-corbeau véhicule les valeurs de KIMUNTU, KIBOMOTO, c’est-à-dire, les valeurs qui éloignent les humains de la bestialité (KIMBIZI). Leurs enseignements tournent autour de la crainte de la gêne, de la crainte de la honte, de la crainte de l’humiliation etc. Il est souvent enseigné qu’une personne sans gêne ou sans honte après avoir mal agit, est plus qu’un animal. C’est le diable parce que Dieu, c’est le KIMUNTU. C’est cet enseignement que mettra en pratique Matsoua André après les multiples atrocités constatées pendant la période coloniale au Moyen Congo, lorsqu’il demanda dans une lettre au gouverneur général : « l’égalité de tous (Noirs et Blancs) devant la loi coloniale qui divisait les humains en citoyen français, en sujet français et en indigène ». Voilà pourquoi ce dernier est un modèle pour les adeptes de ce mouvement.

Aussi, c’est pour avoir osé demander publiquement que Dieu, « BA TAATA MAMPUNGU TU LENDO », touche le cœur du colonisateur français afin que ce dernier retrouve le KIMUNTU, à travers des prières et défilés spirituels répétés chaque dimanche ; que les matsouanistes furent victimes de plusieurs exactions et atrocités. Une véritable chasse à l’homme fut mise en œuvre. Ils furent traqués comme des bêtes, emprisonnés et même tués. Pour prier, il fallait se cacher. C’est dans ce climat de terreur que naquit clandestinement MPISSA en pleine brousse. Mais pour l’administration coloniale, MPISSA était inadmissible. Plusieurs descentes de police furent effectuées pour évacuer manu militari les matsouanistes. Malgré le sang coulé et les morts, ils ténèrent bon. C’est en voyant leur détermination sans failles, que l’administration coloniale accepta enfin que Mpissa devienne ce haut lieu sacré que Sassou Nguesso veut exproprier aujourd’hui, pour des raisons fallacieuses de passage de la route. Les matsouanistes ont prêché aux périls de leur vie que nous sommes tous les enfants d’un même père. Ce qui veut dire que l’égalité et la coexistence pacifique aient possible entre le Blanc et le Noir. Ils ont exigé toutes les libertés humaines, ils ont exigé l’égalité de tous, ils ont exigé la justice et l’indépendance du Congo.

 Mais, après avoir exterminé tous les fidèles mâles pendant la guerre des années 2000, Sassou Nguesso Denis veut maintenant exproprier leur terre de MPISSA et, pour pouvoir réaliser son rêve diabolique, il mise sur l’argent car, d’après lui, dès que ces laissés-pour-compte affamés vont voir l’argent, ils vont se diviser. Diviser, ils seront incapables de défendre MPISSA. C’est d’ailleurs cela qui commence à arriver aujourd’hui. Parce que les enfants Nzoungou et Nkounkou semblent s’entredéchirer pour l’argent du KANI. Les uns veulent vendre et les autres refusent. Les Nzoungou sont d’ailleurs partis. Ils ont quitté MPISSA et prient maintenant dans la parcelle de Taata Nzoungou, au n° 1 de la rue qui porte son nom à Bacongo.

Cependant, MPISSA ne doit pas mourir et ne mourra jamais parce qu’il est sacré. Ce haut lieu est marqué par la foi. Il est comparable à un pont entre le monde visible et le monde invisible. Cet espace touché par le sacré évoque pour nous, Congolais, un sentiment qu’on ne saura définir parce que beaucoup des matsouanistes ont versé leur sang pour nous, et leurs sacrifices ont contribués pour créer une relation franco-congolaise apaisée qui nous lie aujourd’hui avec la France. Malheur à ceux qui veulent vendre ce haut lieu sacré !

Par conséquent, exproprier Mpissa, c’est oublier qui sont ces gens, leurs luttes, leurs passés, c’est-à-dire ce qu’ils ont subi. Exproprier Mpissa, c’est aussi oublié le rôle qu’a joué cette parcelle de terre. Notre dette à l’égard des matsouanistes est immense. Mpissa doit être éternel. Ce qui est interdit par la loi au Congo à tout Congolais, doit être toléré aux matsouanistes-corbeaux parce que ces gens ont versé leur sang et accepté les pires atrocités pour nous, à cet égard, le Congo a une dette et, cette dette mérite de la reconnaissance éternelle. Tellement le sacrifice des matsouanistes a contribué à ce que nous sommes aujourd’hui.

C’est pourquoi, au Congo l’État et ses institutions devraient intervenir, pour aider les Congolais à apprendre et comprendre le rôle joué par les Matsouanistes pendant la période coloniale ; leur souffrance et leurs martyrs. Pour que, avant de voter les lois, avant d’appliquer les règles juridiques, tout Congolais puisse savoir : pourquoi il faut respecter les matouanistes,  Pourquoi il faut respecter le havre sacré de Mpissa, qu’ils occupent depuis la colonisation. En ce sens, c’est l’apprentissage du respect des matsouanistes, qui fondera la compréhension de leur statut particulier (pas de pièce d’identité, pas de titre de propriété pour MPISSA…).

 IMG_0456IMG_0462

Enfin, MPISSA est un lieu parfait de la méditation et du retour en soi, c’est-à-dire un lieu sacré, il ne doit pas mourir. Ce havre de paix doit perdurer dans le temps, il est solidement implanté dans cette portion de terre. Ce n’est donc pas en vain qu’ils ont versé leur sang pour le Congo. Ils font partie de cette terre et cette terre fait partie d’eux. De l’amour ou de la haine que ce monsieur a pour le Pool, nous ne savons rien ; mais, nous savons seulement une chose, ce qui est sacré pour le peuple Mbochi (le KANI), ne l’est pas forcément de la même manière pour les Bakongo, les Batéké ou pour les Pygmée. Voila pourquoi, il ne doit pas y avoir une guerre du sacré entre Congolais.

Par BISHIKANDA DIA POOL

NKEOUA Brice

   MALANDA Bertin

Contact :

Tél : 0687045284

Leave a comment

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>