Congo-Brazzaville: Le Rapport du BRENUAC présenté au Conseil de sécurité de l’ONU appelle à un accord de paix global comprenant un cadre politique
By webmaster1 On 22 Aug, 2018 At 01:47 AM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

En ce qui concerne le Congo-Brazzaville, voici ce qu’affirme le Rapport du Secrétaire général sur la situation en Afrique centrale et sur les activités du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale:

En République du Congo, un accord de cessez-le-feu a été signé le 23 décembre entre le Gouvernement et un représentant de l’ancien chef rebelle, Frédéric Bintsamou, également connu sous le nom de pasteur Ntumi. L’accord prescrit le lancement d’un programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration, le retour des déplacés et le rétablissement de l’autorité de l’État. Une commission ad hoc mixte, composée de représentants des deux parties, a été créée et chargée de veiller à l’application de l’accord. Le 22 janvier, la commission a recommandé la levée du mandat d’arrêt émis contre le pasteur Ntumi, la création de centres locaux de démobilisation, la restauration des activités des autorités administratives et judiciaires, le retrait des forces gouvernementales, le rétablissement de la sûreté de l’État dans les zones de crise et l’identification des ex-combattants. Le 7 mars, elle a annoncé la libération de cinq alliés proches du pasteur Ntumi. À la fin de mars, le Gouvernement a présenté à l’ONU une feuille de route qui exposait les mesures envisagées pour le processus de désarmement, démobilisation et réintégration.

Certaines organisations de l’opposition et de défense des droits de l’homme se sont dites préoccupées par l’absence, dans l’accord de cessez-le-feu de décembre 2017, de dispositions sur l’indemnisation des victimes de la crise dans la région du Pool. Le Gouvernement a accepté l’offre du HCDH d’aider à la création d’une commission nationale d’enquête sur les violations des droits de l’homme qui auraient été commises dans le pays depuis 2015, notamment celles liées à la crise du Pool et aux incidents relatifs au référendum sur la Constitution tenu en 2015. Le 11 mai, l’ancien candidat à la présidence Jean-Marie Michel Mokoko a été condamné à 20 ans de prison.

Mon Représentant spécial s’est rendu à Brazzaville du 10 au 14 janvier 2018, après la signature de l’accord de cessez-le-feu en décembre 2017. Il a rencontré le Président, Denis Sassou Nguesso, et d’autres parties prenantes et les a encouragés à poursuivre les efforts en vue de parvenir à une paix durable dans la région du Pool. Il a en outre souligné qu’un accord de paix global, comprenant un cadre politique, était crucial pour assurer un environnement propice au succès du processus de désarmement, démobilisation et réintégration. Du 10 au 17 février, le BRENUAC a dépêché une équipe de travail à Brazzaville et à Kinkala afin de consulter toutes les parties prenantes dans le cadre des efforts conjoints menés avec l’équipe de pays des Nations Unies pour élaborer une proposition de projet de programme de désarmement, de démobilisation et de réintégration et de dialogue tenant compte des disparités entre les sexes en vue d’un éventuel financement par le Fonds pour la consolidation de la paix. À la demande du Gouvernement, le Département des opérations de maintien de la paix a dirigé une mission d’évaluation technique à Brazzaville, du 22 janvier au 4 février, dans le but d’aider les autorités nationales et l’équipe de pays des Nations Unies à élaborer une stratégie de désarmement, de démobilisation et de réintégration. Du 3 au 16 mars, le Département des affaires politiques a envoyé un membre de son équipe d’experts de réserve pour fournir un appui technique supplémentaire.

Rapport du Secrétaire général de l’Onu.pdf

Par Sukissa USA

448 Ce mois 2 Aujourd\\\’hui

comment closed