Congo-Brazzaville : Complot pour la confiscation de 1,6 milliards de barils de pétrole et 9 milliards de mètres cubes de gaz formant les réserves estimées.
By webmaster2 On 27 Jul, 2018 At 10:45 AM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

Européens, « Unissez-vous, allez en Afrique » dit Victor Hugo ; l’objectif est donc clair vis-à-vis de l’Afrique pour l’Europe. Or d’après la Banque Mondiale, les resserves du Congo en pétrole et gaz sont estimées à 1, 6 milliards de barils et 9 milliards de mètres cubes ( cliquez ici et lisez ). De plus, avec l’âge déclinant du dictateur Sassou-Nguesso, le vassal de la France et des Occidentaux ; la République du Congo rentre de nouveau, chaque jour, dans des nouvelles zones de turbulences et des orages tropicaux très défavorable à la Françafrique et l’UE. Voilà pourquoi les réseaux mafieux “Euroafricains” liés à l’argent qui soutient le régime assassin de Brazzaville, s’activent pour rouler encore le peuple Congolais dans la farine en tentant d’imposer son fils Christel Sassou-Nguesso à défaut de son neveu Dominique OKEMBA. Le complot « Euroafricain » contre le peuple Congolais, pour la confiscation des resserve d’hydrocarbures, ne se fait-il pas visible

Tout d’abord, Victor Hugo en affirmant: « Unissez, allez en Afrique », voyait dans le continent noir sous-peuplé, un réservoir de matières premières à tous les États européens, une vraie opportunité de donner naissance aux États-Unis d’Europe et de tendre vers l’unité des peuples européens. Le complot des réseaux « Euroafricains » contre le peuple congolais se fait visible chaque jour, et se caractérise par le contrôle des réserves en hydrocarbure estimées à 1, 6 milliards de barils de pétrole et à 90 milliards de mettre cubes de gaz.

De plus, ces réseaux  sans foi ni sens moral, communient dans les illusions de la période post-hold-up électoral en affirmant avec arrogance que : « après Sassou-Nguesso, nous allons imposer son fils ou son neveu pour bien contrôler et profiter de ces immenses resserves d’hydrocarbures». Pour faire simple: “tout pour eux et rien pour le peuple Congolais !”, et Michel Collon aborde d’ailleurs dans le même sens.

Raison pour laquelle, nous rappelons que: “Sassou-Nguesso n’est qu’un simple vassal (un tueur à gages ou sicaire), mais les vrais coupables ce sont ces réseaux mafieux liés à l’argent, au pétrole et au gaz”. Ce sont eux les vrais coupables concernant la modification unilatérale de la constitution, concernant le hold-up électoral de Sassou-Nguesso à la présidentielle du 20 mars 2016,  concernant les arrestations arbitraires des opposants politiques et d’opinions, concernant le nouveau génocide encours dans le Pool après ceux des années 90 et 2000, et enfin ce sont eux les vrais coupables pour tous les crimes contre l’humanité en cours au Congo-Brazzaville.

Mais, laisser faire croire aux Congolais que l’Europe, la France ou le FMI a le pouvoir de changer leur destin ; c’est une vraie manipulation et une vraie aliénation mentale. Justement pendant la guerre froide, l’Occident accusait l’URSS d’avoir aliéné les peuples de son bloc, et cette aliénation se constatait par : la mise à l’écart de la volonté populaire dans le processus de prise des décisions.

Et, l’on peut considérer, il est vrai, qu’aujourd’hui: c’est l’UE et ses réseaux liés à l’argent, au pétrole et au gaz (la Françafrique) qui aliènent les peuples d’Afrique noire francophones. Les pays comme la France contournent les volontés populaires et les constitutions dans ses anciennes colonies, en passant par une élite corrompue par elle, au nom du Réal politique ; Réal politique dont elle seule interprète dans le monde.

En vérité, si l’UE et la France légitiment la totalité des crimes de Sassou-Nguesso, c’est pour mettre la main sur les réserves en hydrocarbures du Congo ; pétrole qu’elles pillent d’ailleurs depuis des années en  maintenant les Congolais sous la dictature de Sassou-Nguesso, dans la pauvreté et en guerre civile ethnique permanente. Le Congo est-il une propriété de la famille Sassou-Nguesso ?

Sur ce, la crise du Congo est née de la volonté apparente de l’Élysée et des médias français comme RFI et France 24 ; médias qui ont accompagné (et qui continuent d’ailleurs d’accompagner) dans l’exercice d’imposer le dictateur Sassou-Nguesso (et demain peut-être son fils), une ligne politique et idéologique à l’opinion internationale et nationale congolaise depuis Paris.

Aussi, ces « VUVUZELA » de la Françafrique, sous le contrôle des réseaux mafieux « Euroafricains » liés à l’argent, détournent l’attention de l’opinion internationale sur les crimes contre l’humanité de Sassou-Nguesso en stigmatisant un cheval de Troie, le pasteur Ntoumi, comme bouc émissaire de la violence pendant la période post-électorale.

Parce que, pour eux le Congo-Brazzaville sert toujours de réservoir de matières premières à tous les États de l’UE ; États dont fait partie la France, ancienne puissance colonisatrice du Congo ; et en contrepartie, le dictateur Sassou-Nguesso qui a accepté d’être leur vassal, est toujours soutenu malgré ses génocides dans le Pool.

C’est clair, la France se désintéresse des valeurs communes partagées et des droits de l’homme pour le cas du Congo, et cette image est pour le moins paradoxale. Le Congo n’est pas un pays à la dérive, mais un pays sacrifié au profit des intérêts des réseaux liés à l’argent, au pétrole et au gaz. La France va y gagner pourtant plus en cas d’alternance démocratique en politique au Congo. Pour cela, elle doit donc reconquérir les cœurs des Congolais meurtris. Parce que la diaspora congolaise est un atout important pour elle. La France ne doit pas avoir peur des valeurs qu’elle est censée porter et défendre.

En conséquence, avec la montée en puissance des pays du BRICS et les difficultés des USA face à la Chine ; l’heure n’est plus à la Françafrique, à l’Euroafrique ou  aux  chasses gardées. Beaucoup d’Africains francophiles commencent à penser, que le destin de l’Afrique ne doit plus se lier à celui de L’Europe. Et, laisser faire croire aux Africains que l’Europe ou la France qui soutient les dictateurs, a le pouvoir de changer leur destin c’est une escroquerie. Plus personne ne croit d’ailleurs à cette supercherie d’un autre âge.

En guise de conclusion, s’il y a une citation qui résume le mieux la relation entre la France et le Congo-Brazzaville, c’est bien celle du Français Michel Camdessus, ancien directeur général du FMI, devant les membres de la commission des affaires étrangères en 2008. Rapport d’information n° 1332  “Pour un nouveau partenariat entre la France et l’Afrique” : « Nous y avons, nous Français, commis des crimes et multiplié les manquements, mais nous avons aussi cherché à y apporter parfois avec maladresse […] le meilleur de nous-mêmes. L’Afrique a versé son sang pour la France et, cette dette est éternelle, tellement le sacrifice de tant d’Africains a contribué au cours des deux derniers conflits du siècle dernier, à préserver ce que nous sommes. »

Que faut-il conclure après cette citation? Que les peuples qui s’instruisent et réfléchissent sont toujours considérés comme une menace pour les réseaux mafieux liés à l’argent, au pétrole et gaz au Congo ; cette bande de voyous dont la principale préoccupation est de se maintenir au pouvoir pour continuer à piller notre Afrique à merci. Le problème du Congo n’est ni sorcellerie, ni la magie noire ; mais l’ignorance des Congolais. Combien vous diront si l’on veut que les congolais soient obéissants et soumis, il vaut mieux les laisser dans l’ignorance ? La solution est donc dans le savoir, car avec le développement des NTIC tout le savoir est là, à portée de la main. Lorsque la lumière de la vérité se répondra dans tout le Congo, il ne sera plus possible d’écraser ou de manipuler les Congolais.

Par BISHIKANDA DIA POOL

(Société Civile de la Diaspora Congolaise)

723 Ce mois 1 Aujourd\\\’hui

comment closed