Congolais : réveillez-vous, Sassou-Nguesso veut vous imposer son fils après son départ pour des raisons médicales !
By webmaster2 On 14 Jul, 2018 At 11:20 AM | Categorized As A la Une, art et Mode, Articles | With 0 Comments

Sassou-Nguesso est devenu trop vieux, sa santé se détériore au fil des années, et il n’a plus d’énergie pour lutter politiquement ou pour assurer son devoir de vassal de la Françafrique. Le vieillissement aurait donc eu raison du dictateur le plus sanguinaire de la planète terre ; d’où la panique des membres du réseau de lien homme à homme qui tient le Congo et les Congolais en otage. La stratégie trouvée par la Françafrique pour ne pas perdre le Congo, consiste à faire de Sassou-Nguesso fils le nouveau dictateur du Congo.

Et, cette stratégie recourt à une transition ; transition que provoquera la démission du vieux dictateur Sassou-Nguesso pour des raisons médicales. La coalition de l’opposition politique congolaise dirigée par TSATY-MABIALA, et dont fait partie Parfait KOLELAS a été mise en place à cette fin. Les arrestations et les condamnations à la va-vite des principaux opposants politiques sont des signes qui ne trompent pas. Nous avançons doucement vers la démission de Sassou-Nguesso, et cette démission peut arriver à tout moment.

Mais, la diaspora congolaise perd son temps en se lançant dans des causes sans lendemain: « nuit du Pool, conférence internationale sur le Congo, symposium sur le génocide Lari… ». L’objet de cette agitation n’est-il pas de détourner l’attention des Congolais sur cette succession de KIKI ? Pourquoi diable gaspiller nos énergies dans des causes qui vont alimenter Sassou-Nguesso et la Françafrique ? Car les gens qui sont à la tête de ces initiatives sont tous des francs-maçons des loges françaises qui soutiennent le régime de Brazzaville. Franchement, il faut savoir orienter nos énergies !

Dés lors, du nord au sud, il faut utiliser les crimes de Sassou-Nguesso comme matériaux de travail pour la mobilisation populaire, pour la prise de conscience politique et pour l’unité nationale. Les données statistiques sorties des urnes lors de la dernière élection présidentielle et même au moment du referendum constitutionnel confirment la fragilité de ce régime criminel. Le peuple Congolais ne peut plus jouer au jeu de la politique de la chaise vide, il doit renoncer aux boycotts des élections. Il doit refaire le match en cas d’élection présidentielle anticipée.

Parce que, les élections sont la base du modèle démocratique. Elles constituent un procédé de désignation des gouvernants opposé à l’hérédité, à la cooptation et à la conquête violente ; qui sont les moyens d’accession au pouvoir encouragés par la Françafrique au Congo avec la complicité de l’ONU et de l’Union Africaine. La Françafrique s’est longtemps méfiée des élections libres, transparentes et crédibles au Congo ; elles donneraient un moyen d’action considérable aux Congolais victimes de leurs injustices. En 1992, le peuple congolais s’en est bien servi des élections pour ôter le pouvoir à ce même Sassou-Nguesso.

En vérité, le peuple Congolais ne veut plus des Nguesso et de la Françafrique ; et ça c’est la leçon de la dernière élection présidentielle. La candidature MOKOKO a montré l’impopularité de Sassou-Nguesso au monde entier. Les élections compétitives où les Congolais choisissent entre plusieurs candidats sont le talon d’Achille du système qui contrôle le Congo depuis l’Élysée et le Quai d’Orsay.

Dire que les Congolais et les Congolaises naissent égaux, c’est dire que nul ne peut bénéficier par hérédité des droits ou des privilèges le mettant au-dessus des autres. Le Congo n’est pas un royaume. Si le fils veut succéder à son père, c’est par une élection que cela doit se passer. Sassou-Nguesso tente de nous prendre de court. La pression et la manipulation des Congolais sont de plus en plus visibles. Il va truquer plus ou moins directement l’élection présidentielle anticipée avenir ou bien la manipuler de façon à lui faire exprimer un résultat différent des volontés des électeurs.

Raison pour laquelle, BISHIKANDA DIA POOL, société civile de la diaspora, appelle les Congolais d’être prêt pour refaire le match en cas d’élection présidentielle anticipée. Nous allons refaire le match ! Certes la vraie opposition est privée de la possibilité de tenir des réunions politiques, de coller des affiches, de distribuer des tracts, de diffuser des journaux : sans moyens d’expression, elle perd ses chances dans la compétition électorale ; mais elle dispose encore de cette possibilité de motiver et d’orienter les votes des Congolais. Ce que nous appelons la crise n’a-t-elle pas un responsable et une cause ? Si la cause c’est la mauvaise gestion du Congo, le responsable de cette crise c’est bien le dictateur Sassou-Nguesso.

Pour votre gouverne, le candidat de l’espoir existe, et le moment venu, nous lèverons des fonds pour lui et appellerons les Congolais sans distinction aucune à voter pour lui.

Par conséquent, ce dont il est question ici, c’est d’empêcher la succession héréditaire de KIKI, le fils du dictateur. Nous devons tous appeler à une conquête démocratique du pouvoir conformément aux normes internationales : « la démocratie est un idéal universellement reconnu et un objectif fondé sur des valeurs communes à tous les peuples qui composent la communauté mondiale, indépendamment des différences culturelles, politiques, sociales et économiques. Elle est donc un droit fondamental du citoyen, qui doit être exercé dans des conditions de liberté, d’égalité, de transparence et de responsabilité, dans le respect de la pluralité des opinions et dans l’intérêt commun. »

Pour terminer, nous allons refaire le match et venger Jean-Marie Michel MOKOKO. Il ne faut pas avoir peur: « Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. », Article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de l’ONU.

Eh oui, nous allons refaire le match, et arrêtons donc de suivre  les opposants en trompe-l’œil à l’image de Parfait KOLELAS, TSATY-MABIALA, Madame MUNARI, Mathias DZION etc. ; nous avons un candidat de l’espoir sur place, et le moment venu, nous appellerons le peuple à le suivre. Des fonds seront levés pour que la caution fixée à 25 millions de Franc CFA ne soit pas un obstacle pour lui. Tous ensemble, du nord au sud, nous allons venger Jean-Marie Michel Mokoko !

Par BISHIKANDA DIA POOL

(Association des Congolais de la diaspora )

 

733 Ce mois 2 Aujourd\\\’hui

comment closed