La France n’a-t-elle pas franchi la ligne rouge du cynisme en soutenant Sassou-Nguesso qui génocide les Bakongo dans le Pool ?
By webmaster1 On 19 Mar, 2018 At 01:22 PM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

French President EmmanuelLes générations futures refuseront de croire que la France, le pays des droits de l’homme, ait pu soutenir un génocidaire honni par son peuple, et qui a exterminé plus d’un million de Congolais au Congo-Brazzaville entre la fin du vingtième et le début du vingt-et-unième siècle pour sauver ses soi-disant intérêts économiques que personne ne menace. Mais que donne l’illégitime dictateur Sassou-Nguesso à la France qu’aucun autre président congolais élu démocratiquement ne peut pas lui donné? La France n’a-t-elle pas franchi la ligne rouge du cynisme en soutenant Sassou-Nguesso qui génocide les Bakongo dans le Pool?

Tout d’abord, dans la culture Kongo du royaume Kongo, royaume dont sont issues les terres de la colonie du Congo-français (Congo-Brazzaville, Gabon et Centrafrique) ; l’amitié se construit dans la vérité, et à un ami on dit toute la vérité et rien que la vérité. Comme la France n’est pas seulement une simple amie pour nous, cela nous pousse à lui dire la vérité sans risque d’être incompris. Puisqu’ elle est une parente de la grande famille francophone, avec qui, nous partageons la  langue et les valeurs communes partagées.

Le-Drian-et-Sassou-Nguesso-à-ParisPourtant, jamais un président n’a été honni par son propre peuple dans le monde comme Sassou-Nguesso. Pour cause, il a été battu sèchement au premier tour de la dernière élection présidentielle en obtenant que 8% des voix. Mais ce dernier s’est maintenu par la force des armes après avoir fomenté une guerre civile dans le département du Pool pour traumatiser le peuple congolais par la peur.

Et, pour participer à cette élection présidentielle, il avait changé unilatéralement la constitution qui l’empêchait de briguer un troisième mandat successif avec la complicité de la France de François Hollande. « Au Congo, le président Sassou peut consulter son peuple, cela fait partie de son droit et le peuple doit répondre. Ensuite, une fois que le peuple aura été consulté, et cela vaut pour tous les chefs d’Etat de la planète, il faut toujours veiller à rassembler, à respecter et à apaiser », avait indiqué, François Hollande, répondant à la presse.

Mais, quelle interprétation la France donne donc à l’Article 21 de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme de l’ONU: « …La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote. »

Dès lors, l’État de droit devient la dictature au Congo-Brazzaville, et nous avons du mal à comprendre le soutien du nouveau président Macron, le successeur de François Hollande à un Sassou-Nguesso qui tue, massacre et emprisonne en masse son propre peuple. Les derniers chiffres macroéconomiques du Congo montrent un pays en cessation de payement et surendetté, à cause de l’incompétence et de la mauvaise gouvernance du “majeur incapable” Sassou-Nguesso.

En vérité, la situation du Congo est plus que catastrophique, et le soutien de la France au  dictateur illégitime et illégal ternit son image de pays des droits de l’homme. Puisque Sassou-Nguesso n’est pas plus fréquentable que Bachar El Assad. Mais que des éloges pour le dictateur sanguinaire qui tue son propre peuple en France : «Je partage les mêmes valeurs que Sassou-Nguesso » affirme Christine Sauvagnac, grand maître d’une loge maçonnique. Quelles valeurs partage-t-elle avec Sassou-Nguesso, lorsque l’on sait qu’il génocide son peuple et emprisonne ses opposants politiques au Congo?

Raison pour laquelle, c’est une situation étrange que celle du Congo-Brazzaville. Le département du Pool est détruit maison par maison, village par village et district par district. De nombreux paysans exécutés sommairement, et les survivants poussés à l’exil dans les autres départements ou à l’étranger. Pourtant la France, démocratie occidentale avancée continue d’affirmer et même de revendiquer la légitimité (et le droit) de Sassou-Nguesso d’exercer un pouvoir totalitaire pour défendre ses intérêts que personne ne menace. C’est terrible, même l’ONU ne parle pas !

Pour terminer, la France a franchi la ligne rouge du cynisme en soutenant Sassou-Nguesso qui génocide les Bakongo dans le Pool et emprisonne ses vrais opposants politiques pour se maintenir au pouvoir. La tolérance française aux crimes de ce dernier étonne les bonnes consciences. Mais quel serait le destin de la France, si pendant l’occupation allemande, les autres pays pactisaient avec l’Allemagne Nazi pour sauvegarder leurs intérêts économiques? Donc, Il y a des valeurs qui sont au-dessus des intérêts économiques, et ce sont ses valeurs que la France d’aujourd’hui semble bafouée au Congo-Brazzaville.

Par BISHIKANDA DIA POOL

580 Ce mois 1 Aujourd\\\’hui

comment closed