Sassou-Nguesso a-t-il le monopole de la défense des intérêts français au Congo ?
By webmaster1 On 4 Nov, 2017 At 02:17 PM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

MACRON-SASSOU

« L’Angleterre n’a pas d’amis ou d’ennemis permanents, elle n’a que des intérêts permanents », cette déclaration attribuée à lord Palmerston que le général de Gaulle transformera en « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts » ; ne semble plus être d’actualité en diplomatie française d’aujourd’hui. Le soutien de la diplomatie française à Sassou-Nguesso au péril de l’avenir de ses intérêts au Congo, ne confirme-t-il pas cette vérité ?

saholEn effet, à l’image de son prédécesseur François Hollande, le nouveau président français Emmanuel Macron refuse toujours de condamner le génocide de Sassou-Nguesso dans le Pool et ses arrestations arbitraires d’opposant politiques. On y voit se profiler aussi bien la survivance des lobbys mafieux, la survivance des réseaux d’influence plus ou moins occultes, la survivance du néocolonialisme français, la survivance des pratiques inacceptables mêlant pouvoir et argent. La visite de Dominique de Villepin, un soutien de macron, à Brazzaville, y est pour quelque chose.

Raison pour laquelle, les Congolais de la diaspora et de l’intérieur n’ont plus confiance en la France ; cette France qu’ils accusent ouvertement d’être à l’origine de la destruction actuelle de ce pays d’Afrique centrale. Parce que, d’après eux, c’est le soutien de François Hollande à Sasou-Nguesso qui est la vraie cause à l’origine de la crise Congolaise. À cet égard, la France de Macron n’est sans doute pas non plus exempte de reproche sur le cas du Congo, en fermant les yeux sur ses crimes contre l’humanité qui révoltent la conscience.

sassou et sarkozyA vrai dire, Emmanuel Macron tarde à prendre la mesure que l’Afrique a changé, et la présence française au Congo pourrait devenir de plus en plus problématique dans l’avenir. Au fil des années, la relation entre la France et Congo est devenue une relation de plus en plus tendue: soutiens au dictateur Sassou-Nguesso en fin de mandat, caution à la modification de constitution, caution aux hold-up électoraux, caution aux crimes contre l’humanité aux génocides des Bakongo. Il s’est installé un climat de défiance entre la France et les populations d’Afrique francophones ex-colonies française.

Au regard de tout ce qui précède, Sassou-Nguesso n’a pas le monopole de la défense des intérêts français au Congo. Tout congolais francophile peut les défendre ! Tout le monde s’accorde pour dire que le soutien au dictateur 8% salit l’image de la France en Afrique et dans le monde entier. Le rejet actuelle de la France en Afrique est suscité par ces soutiens complices aux dictateurs en fin de mandat et par ces cautions aveugles à la violence et aux hold-up électoraux aux élections présidentielles en Afrique francophone. Si Emmanuel Macron veut sauvegarder l’avenir des intérêts de la France au Congo, il doit séduire la jeunesse congolaise et africaine, et pour cela il faut mettre des formes, faire comme François Mitterrand dans les années 90 (le discours de La Baule)

Par BISHIKANDA DIA POOL

315 Ce mois 7 Aujourd\\\’hui

comment closed