La mythomanie de Mr 8% sur son rendez-vous avec Trump, les “Vuvuzelas” de la Françafrique dans le caca.
By webmaster1 On 28 Dec, 2016 At 10:07 PM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

france-afrique

 Tout le monde s’accorde pour dire que les médias exercent une grande influence sur notre vie. Nous voyons le monde à travers eux, et il est indéniable que ceux de la Françafrique, au service des dictateurs francophones, ne sont pas sans reproches sur la banalisation des crimes, sur les violations des constitutions et sur les hold-up électoraux en Afrique francophone en général, et en particulier en Afrique centrale francophone.

Parce que, pour les médias tous les coups ne sont pas permis (la fin justifie ne justifie pas les moyens), et, dans cette lutte sans merci, entre le dictateur Sassou-Nguesso et son peuple au Congo-Brazzaville ; la presse doit être neutre et sans parti pris.

saholCeci dit, la couverture médiatique de la mythomanie de Mr 8%, concernant sa rencontre avec TRUMP a révélé le vrai rôle des réseaux médiatiques de la Françafrique en Afrique. C’est dès l’annonce par le porte-parole du gouvernement congolais qu’a commencé le « bourrage de crâne », non sans raison. Puisque l’image d’un Trump serrant la main de Sassou-Nguesso vaut de l’or. C’est plus qu’une reconnaissance de son pouvoir assassin sur plan international. C’est une validation de son hold-up électoral par les USA. C’est une banalisation du génocide des BAKONGO encours dans le département du Pool.

En vérité, les journalistes au service de la Françafrique ont des lunettes particulières à partir desquelles, ils voient certaines choses et pas d’autres ; pas un mot sur le génocide encours dans le département du Pool, pas un mot sur l’illégitimité de Sassou-Nguesso, pas un mot sur les prisonniers politiques et d’opinion qui croupissent encore en prison au Congo. Voilà pourquoi nous affirmons que la survie politique de Sassou-Nguesso dépend uniquement du silence assassin des médias de la Françafrique : Rfi, France 24, Africa N1, Jeune Afrique…

Mais, comme dit le dicton : « A quelque chose malheur est bon ». Le Trumpgate congolais (c’est-à-dire le mensonge concernant la rencontre entre Donald TRUMP et Sassou-Nguess) vient de mettre dans le caca tout le réseau médiatique que la « Françafrique » a mis au service des dictateurs francophones. La grande leçon de cette catastrophe, la puissance des médias doivent être relativisées. Il n’est plus vrai que les informations peuvent tout, et font de ceux qui les lisent ou écoutent des Moutons de panurge, des aveugles qui perdent tout sens critique.

Incontestablement, RFI, France 24, Jeune Afrique, Africa N1 et compagnies contribuent à fabriquer l’opinion publique en Afrique francophone, mais croire que les Africains n’ont aucune liberté, qu’ils gobent sans discernement toutes les informations, c’est faire le jeu des dictateurs et de la Françafrique. Les informations diffusées dans les médias doivent être vérifiées. L’un des principaux griefs concernant le Trumpgate a été, le fait que tous les médias étaient perçus comme la voix de Mr 8% qui fait des Congolais des dociles moutons. L’intox venait des médias de la Françafrique.

Ainsi donc, tous les journalistes des grands médias nationaux et internationaux, au service de la Françafrique, se sont retrouvés au feu pour sauver le soldat Denis Sassou-Ngueso. Des articles chocs et des éloges ont été publiés et diffusés. La propagande a été sans limite, et les médias ont fait à ce que le monde entier sache que Mr 8% va être reçu par le président élu des USA. Quant au peuple Congolais, il a été horrifié et en larmes de voir cette déification du génocidaire des BAKONGO dans le département du Pool au Congo-Brazzaville.

Et, nous avons vu chemin faisant comment chaque son, chaque écrit, chaque mot, chaque phrase a eu une puissance vibratoire considérable. Notre intelligence a été considérablement diminuée par l’annonce de cette rencontre. Cette annonce a suscité la peur en tout Congolais et a été une activité perturbatrice par ses émotions.

Cependant, c’est seulement après le démenti du porte-parole de Donald TRUMP que l’horreur du matraquage médiatique apparaîtra en pleine lumière. Les médias au service de la Françafrique qui vient de propager un grand mensonge au grand jour, ne peuvent plus faire l’événement. Sassou-Nguesso n’a pas créé l’événement médiatique, c’est un mythomane. Également, il a révélé au monde l’ampleur du grand réseau médiatique de la Françafrique au service des dictateurs en Afrique francophone.

Pour terminer, les médias de la Françafrique ont été traînés dans Le caca par Sassou-Nguesso. Les manœuvres de tous ceux qui, par diverses raisons, chercheraient à influencer, voire nuire au peuple Congolais, viennent d’être mises à nu. Tous ceux qui se cachaient derrière les apparences, sont démasqués. C’est une mauvaise affaire pour les médias de la Françafrique et pour Sassou-Nguesso. Voilà ce qui arrive lorsque l’on affirme: « Sassou-Nguesso a le droit de consulter son peuple » ; il n’a plus les limites: modification unilatérale de la constitution, hold-up électoral, arrestations arbitraires, génocide, massacres des civiles et mythomanie. François Hollande n’est- pas le vrai responsable de ce désastre?

Par BISHIKANDA DIA POOL

1010 Ce mois 1 Aujourd\\\’hui

comment closed