2017: Les laissés-pour-compte africains appellent les franco-africains à sanctionner Hollande le parrain des dictateurs.
By webmaster1 On 9 Oct, 2016 At 09:30 PM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

hollandeL’Afrique francophone (les ex-colonies de la France: l’AOF et l’AEF) se retrouve aujourd’hui, en raison du chaos démocratique provoqué par le soutien de François Hollande aux dictateurs, confrontée à des crises politiques qui détruisent des milliers de vies humaines et provoquent des milliards de dégâts des destructions aux conséquences démultipliées : exode massif des populations civiles, arrestations des opposants politiques, insécurités, menaces terroristes, flux migratoires vers l’Europe, arrestations des Africains de la diaspora actifs sur les réseaux sociaux dès leur retour en Afrique…

Et, face à ce chaos, ni l’ONU, ni l’UE, ni l’USA, ni l’UA ne bouge pour venir au chevet des peuples opprimés ; parce que la France qui a emmené le Président Laurent GBAGBO à la CPI, a tout verrouillé. Elle seule a le droit de saisir le Conseil de sécurité des Nations Unies concernant les pays francophones issus de ses ex-colonies.

gbagbo-2Raison pour laquelle, le vote contre François Hollande en 2017, des  franco-africains, est un recours obligé. C’est la seule stratégie a utilisé, dès lors qu’il y a un rapport de force qui met nos parents, en Africains, dans l’incapacité de livrer un combat égal avec ces dictateurs soutenus par François Hollande. Faire des marches c’est une perte de temps. Le complice de Sassou-Nguesso s’en fout de vos marches. Ce n’est donc nullement un hasard s’il ne parle pas sur les hold-up électoraux du Gabon, du Congo-Brazzaville, du Tchad…

Puisque, son avenir politique est lié aux primaires et  à élections présidentielles de 2017. En France pour être président, la constitution exige que le candidat soit élu au suffrage universel direct, c’est-à-dire une personne une voix. Les franco-africains francophones ont donc un grand rôle à jouer, une fois qu’ils connaissent la réalité de cette loi. Il faut agir selon cette loi, en utilisant les moyens légaux. Hollande a assombri l’avenir de l’Afrique francophone sur le plan démocratique: c’est donc normal que les franco-africains francophone assombrissent son avenir politique en 2017, pour que cela lui sert de leçon jusqu’à la fin de sa vie. Il faut tout faire pour que les voix des franco-africains francophones manquent au parrain des dictateurs africains à l’élection présidentielle.

idriss-deby-ali-bongo-denis-sassou-nguessoLes franco-africains francophones, parce qu’ils ont des parents en Afrique, sont concernés au premier chef de cette relation entre la France et l’Afrique basée sur les anti-valeurs. Vous ne devez plus rester indifférents et silencieux. vous devez répondre à François Hollande avec le seul moyen de droit que vous offre la constitution française : le vote ; à la fois aux primaires et à l’élection présidentielle en 2017.

Ceci dit, il faut exprimer votre amour de la France, en allant voter contre François Hollande, le  complice des dictateurs africains aux primaires. Et s’il passe l’étape des primaires, il faut lui régler ses comptes à l’élection présidentielle au premier tour et si possible au deuxième tour. Votre mission première est de convaincre vos enfants, vos femmes, vos maris et vos grands-parents de se rendre aux urnes, à la fois, lors des primaires et lors de l’élection présidentielle. Pas une seule voix des franco-africains pour François Hollande.

SHCertes, la France a un rôle à jouer en Afrique francophone, mais pas en soutenant les dictateurs. Elle a intérêt à garder une politique africaine qui respecte la démocratie et les droits de l’homme pour barrer la route à la Chine. Puisque aujourd’hui, il y a une concurrence acharnée pour l’accès aux matières premières en Afrique francophone. Il y a donc nécessité d’adopter une approche et un style différents.

Par conséquent, en soutenant des dictateurs comme Sassou-Nguesso et Ali Bongo, François Hollande qui demande le départ de Bachar-Assad et Joseph Kabila, brouille le message en direction des peuples d’Afrique francophone. Le vote contre François Hollande aux primaires et à l’élection présidentielle, est une manière de lui faire payer ses erreurs politiques.  Un petit comité contre devrait être mis en place pour lui faire pays son soutien aux dictateurs qui ont stoppé l’alternance démocratique en Afrique francophone.

Pour finir, « Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès » affirme Nelson Mandela ». C’est contre le vote massif de François Hollande que dépend le sort de l’Afrique. Les personnes qui s’instruisent et réfléchissent sont toujours considérées comme une menace pour une classe ou un groupe dominant dont la principale préoccupation est de se maintenir au pouvoir. La politique française de l’Afrique doit être bien définie et tenir compte du nouveau contexte international et géopolitique, pour ne plus sacrifier des vies humaines utilement. L’objectif est donc clair pour les franco-africains : barrer la route au parrain des dictateurs africains francophones, c’est-à-dire à François Hollande en 2017. « Rira bien qui rira le dernier !»

Par les Laissés-Pour-Compte d’Afrique francophone

2520 Ce mois 2 Aujourd\\\’hui

comment closed