Parfait KOLELAS, l’opposant qui veut sauver l’illégitime Sassou-Nguesso en grande difficulté.
By webmaster1 On 31 Jul, 2016 At 04:06 PM | Categorized As divertissement | With 0 Comments

 

PARFAIT KOLELAS

Chez les KOLELAS : tel père, tel fils !

On appelle “démocratie représentative”, le système politique où les gouvernants sont élus par les citoyens et considérés ainsi comme leurs représentants. La représentation et la base du modèle démocratique. Or, le pouvoir de Sassou-Nguesso ne repose pas sur la volonté populaire mais sur la force des armes. Raison pour laquelle, tout opposant politique qui le reconnaît comme vainqueur de l’élection présidentielle 20 mars 2016 ou comme président de fait, devrait être traité de traître au même titre que Monsieur 8%.

Pour commencer, prenons le contre-pied de Parfait KOLELAS qui demande une grâce présidentielle à l’usurpateur illégitime Sassou-Nguesso pour le général MOKOKO. La seule raison qui justifie la lutte politique de l’opposition aujourd’hui, c’est le respect du verdict sorti des urnes le 20 mars 2016. En agissant ainsi, Il a dépassé les limites de l’opposition.

Également, le contexte politique ne peut, en aucune façon, excuser les propos de Parfait KOLELAS lors de sa conférence de presse. Comme son défunt père Bernard KOLELAS, Parfait KOLELAS est un traître qu’il faut vite récuser en tant qu’opposant, avant qu’il ne soit trop tard. Il ne doit plus être au centre du cercle des opposants. La lutte de l’opposition se fait autour du verdict sorti des urnes le 20 mars 2016. KOLELAS n’est plus en harmonie avec cette lutte. Il n’est plus notre ami mais notre ennemi au même titre que Sassou-Nguesso.

Ceci dit nous rappelons, selon la volonté populaire sortie des urnes le 20 mars 2016, Sassou-Nguesso a été éliminé dès le premier tour. Deux candidats ont été propulsés au deuxième tour : Monsieur Parfait KOLELAS, qui reconnaît aujourd’hui le perdant Sassou-Nguesso comme président, et le général Jean-Marie Michel MOKOKO actuellement en prison pour avoir qualifié cette victoire de hold-up électoral.

Aussi, Sassou-Nguesso est un dictateur marxiste-léniniste, un adepte des pseudos-élections, c’est-à-dire des élections présidentielles où, les citoyens n’ont pas le choix mais de ratifier le candidat unique présenté par le PCT. Le ministère de l’intérieur et le conseil constitutionnel ont d’ailleurs ratifié ce hold-up électoral à 60% de voix au mépris de la volonté populaire sortie des urnes le 20 mars 2016.

Mais, la reconnaissance de Sassou-Nguesso par Parfait KOLELAS est plus qu’une faute. Un vrai opposant doit tenir compte de la légitimité des gouvernants en face de lui. Si à un élu ténu pour légitime, un vrai opposant obéit ; à un usurpateur, il résiste. Sassou-Nguesso n’a pas été élu par les Congolais. La résistance du général MOKOKO, à l’usurpateur illégitime Sassou-Nguesso, a montré l’ampleur de la crise de légitimité et de la dictature au Congo. Les règles de jeu politiques et les valeurs communes partagées sont violées au quotidien par Sassou-Nguesso. Parfait KOLELAS, en reconnaissant Sassou-Nguesso comme président, se fait complice des crimes de son père adoptif Sassou-Nguesso dans le Pool et à Brazzaville.

Puisque, le hold-up de Sassou-Nguesso a occasionné d’énormes conséquences dans le pays. La population congolaise s’y est profondément opposée. Les attaques des quartiers sud de Brazzaville, les bombardements dans le département du Pool et les arrestations des opposants politiques et d’opinions ; renforcent son illégitimité à l’étranger.

Par conséquent, Sassou-Nguesso est très isolé. Le pays est au bord de la faillite financière. François Hollande a du mal à faire passer la pilule de la reconnaissance de Sassou-Nguesso à ses partenaires de l’Union européennes. Raison pour laquelle, tout opposant politique congolais qui le reconnaît comme vainqueur de l’élection présidentielle 20 mars 2016 ou comme président de fait, doit être traité de traître qu’il faut combattre au même titre que Monsieur 8%. Parfait KOLELAS est donc un traître !

Pour terminer, en reconnaissant Sassou-Nguesso comme président, Parfait KOLELAS cherche à sauver son père adoptif. On peut se demander, pourquoi cette conférence de presse n’a pas été empêchée par Monsieur 8%, qui traque l’opposition depuis son hold-up électoral. Parfait KOLELAS ne peut plus être assis entre deux chaises.
Une chose est vraie, il y a crise de légitimité au Congo. C’est à cause de cette l’absence de légitimité que Sassou-Nguesso n’a pas d’autres moyens que la force des armes pour se faire obéir. Et, qu’il a choisi le Pool comme Bouc émissaire pour faire peur aux Congolais.

Par BISHIKANDA DIA POOL

3311 Ce mois 0 Aujourd\\\’hui

comment closed