Débat constitutionnel : la Déclaration du parti de l’Abbé Joseph Yanguissa
By webmaster1 On 11 Aug, 2014 At 06:21 PM | Categorized As A la Une, Articles, Congo | With 0 Comments

DECLARATION DE LA DEVISE

PARTI POLITIQUE SOUS L’AUTORITE MORALE

DE L’ABBE JOSEPH YANGUISSA

Réunie en Convention Nationale, deuxième instance après le Congrès, LA DEVISE, s’appuyant sur ses droits et prenant sa part de devoir de parti politique, déclare ce qui suit :

Depuis l’aube de son indépendance, le Congo connait, au rythme des élections et des alternances mal négociées, une série d’événements violents dont notre classe politique se rend coupable sans jamais en payer elle-même le prix ou en tirer les leçons.

LA DEVISE, jeune parti politique a, sur ce constat, régulièrement appelé par les moyens de communications qui se sont présentés à lui, à l’organisation de ce qu’il appelle : « La Palabre Nationale Pour La Paix Intégrale ». A cet appel, par suffisance ou par insouciance, ni le premier Citoyen, ni aucun parti politique ainé sur l’échiquier politique, n’a réagi ni même semblé prêter attention. Or c’est là la voie du salut national et d’une vraie paix, celle de Tout l’Homme, de Tout Homme et par tout homme dans la dignité qui nous est commune et dans la responsabilité partagée ; la paix qui suscite la confiance réciproque. Ni donc la paix claironnée par un pouvoir fanfaron, ni les bravades d’un soir des acteurs de l’opposition, ni les traitements infligés ou réservés aux partis politiques insoumis, ni le traitement biaisé des grands dossiers du pays, n’incitent à l’optimisme, pour des lendemains meilleurs et la satisfaction de la soif de paix de notre peuple, tous laissés que nous sommes de devoir payer au prix du sang les errances et les ” bêtises ” d’une classe politique entêtée et récidiviste, éternellement redoublante à l’école de la démocratie.

Puisque l’heure ou la mode est d’en appeler au peuple, à ce peuple dont nous sommes partie prenante en tant que parti politique ou en tant que citoyens, nous disons ceci :

  • Ne laissons à personne le droit de sacrifier nos vies sur l’autel de leurs idoles et de leurs intérêts égocentriques ;

  • Ne laissons à personne le droit de verser ou de faire verser notre sang, le sang des innocents qui se nourrissent de quelques miettes de la croissance déclarée et de la richesse exhibée ;

  • Ne laissons à personne le droit de s’exprimer en notre nom, au nom d’un peuple qui se veut uni et indivisible ;

  • Ne laissons à personne le loisir de nous mentir à souhait et de nous divertir avec des jeux et de l’alcool ;

  • Ne laissons à personne le loisir de nous diviser en d’inconciliables intérêts tribaux ou ethniques ;

  • Ne laissons à personne le droit de nous intimider, terroriser et de nous contraindre à ce que nous ne voulons pas faire ou à aller dans la trajectoire que nous ne voulons pas donner au pays ;

  • N’autorisons à personne le culot de se payer notre conscience et donc notre souveraineté, avec notre propre argent. Ce dans l’intérêt bien compris de notre pays.

L’heure est grave, elle n’est ni à la récréation ni aux querelles intestines, ni au chacun pour soi mais à la méditation sur notre destin collectif et sur l’avenir des générations futures C’est plus que jamais le moment de regarder dans la même direction plutôt que de nous regarder en chien de faillance. Mais si la parole semble être enfin donnée au peuple, reconnue dans sa primauté, mais en voulant le consulter dans un cadre informel, autant la prendre en souverain premier pour exiger une  «  Palabre nationale pour la paix intégrale », comme moment de pause, dans la concorde, et de remise à plat à la fois des prétentions d’une majorité présidentielle renfermée sur elle-même, bricoleuse, autiste et souvent menaçante et des auto proclamations des leaders d’une opposition fluctuante, parfois opportuniste, à quelques exceptions près.

Il est indéniable, au constat des faits, que personne, qu’aucun homme même dit fort, ne peut garantir à lui seul au peuple congolais que nous sommes, la conservation de nos vies, de nos biens et de notre paix. La leçon de l’histoire nous instruit, ne pas en tenir compte reviendrait à une naïveté collective. Les honnêtes citoyens : chômeurs, salariés, vendeurs, fonctionnaires, usagers de la route, militaires etc. bref, le peuple Congolais n’attend rien d’autre que le respect de sa souveraineté, de sa liberté, de la participation des citoyens à leur propre devenir.

Il faut éviter au pays une nouvelle bêtise politicienne. Seule la volonté du peuple uni pour le meilleur peut garantir la paix à Tout Homme et de Tout l’Homme dans ce Congo. Si tout est divisé dans notre pays, les divisions comme moyen ou comme but ne font pas le débat.

LA DEVISE en a déjà appelé le premier d’entre nous, constitutionnellement responsable de notre sort et de nos aspirations. Exprimons notre unité et notre désir de paix avec les moyens les plus légitimes et les plus légaux dont nous puissions disposer plutôt que de nous laisser embarquer dans un débat inintelligible ou inopportun sur la CONSTITUTION.

Le trouble à l’ordre public c’est d’abord le trouble à notre paix et c’est curieusement toujours le fait des mêmes, de la classe politique à travers leurs moyens officiels dits de violence légale. Aujourd’hui, c’est le trouble de l’Institution CONSTITUTION qui est entrain de donner un coup de grâce à l’unité du peuple. Si débat sur la Constitution doit avoir lieu, ce doit être d’abord sur le bilan de nos aptitudes à la respecter, sur notre sens de la loi. Sinon, de quoi parle t- on, de qui parle t- on, à quoi ça sert…? 

Tout en saluant la maturité de la classe politique sénégalaise et de son peuple, LA DEVISE rend hommage à nos propres valeureux et héroïques ancêtres qui nous ont montré le chemin de la Dignité et de la Responsabilité.

Congolais debout fièrement partout,

Proclamons l’union de notre Nation

Soyons plus unis que jamais

Vivons pour notre devise : Unité- Travail- Progrès

Vive la Paix intégrale !

Vive le Consensus national !

Touche pas à mon unité!

Qu’advienne l’amour et l’humanité en politique au Congo !

 

La CONVENTION NATIONALE de LA DEVISE

tenue à Brazzaville à la Permanence nationale le 09 aout 2014.

 

Par Sukissa

1786 Ce mois 0 Aujourd\\\’hui

comment closed